CAPISCE: Mineurs victimes du trafic d’êtres humains: accès à la protection et information fondées sur leurs besoins spécifiques pendant l’enquête et les procédures pénales

Description :

Coordinateur du projet : ECPAT France

Autres partenaires : ECPAT Belgique, ECPAT Italie, ECPAT Pays Bas, AFL (Acting for Life, La Vie pas la Survie).

Les buts de ce projet sont nombreux, le premier étant de garantir une protection adéquate – pendant l’enquête et la procédure pénale – aux victimes du trafic d’êtres humains, en particulier des mineurs – y compris une protection de leur vie privée et le droit à éviter tout contact avec les accusés.

Pour garantir l’accès à la justice et le droit des mineurs victimes du trafic d’êtres humains dans l’UE d’être protégés pendant les procédures juridictionnelles: Directive 2011/30 sur le trafic d’êtres humains; Dir. 2011/93 sur l’exploitation des mineurs; le premier ‘Rapport de la Commission sur les progrès obtenus dans la lutte contre le trafic’.

Le nombre de mesures qui existent pour protéger les droits des enfants victimes est très élevé et à celles déjà citées, on peut ajouter la Dir. 2012/29 sur les droits, le soutien et la protection des victimes de crimes, adoptée dans le cadre de la feuille de route de Budapest sur le renforcement des droits, soutien et protection des victimes, en particulier dans les procédures pénales.

Le rôle d’EULITA dans le contexte de ce projet est assez important et stimulant: former les interprètes qui devront assister les victimes de crimes horribles, surtout mineurs, devant le juge.

La formation concernera surtout des interprètes en langues à faible diffusion et couvrira tant des aspects techniques, tels les modes d’interprétation les mieux adaptés devant le juge, que les instruments propres à aider psychologiquement les interprètes dans leur tâche parfois traumatisante.

La durée du projet est de deux ans et la première réunion des partenaires a eu lieu à Paris le 9  octobre dernier.

.